A quoi ressemble l’éclatement d’une bulle en bourse (2022) ?

Les bulles sur les marchés boursiers se créent lors des périodes d’exubérance irrationnelle. Lorsqu’elles éclatent, la perte de capital pour les investisseurs peut porter un coup fatal à la croissance de leur patrimoine. Il faut se tenir à l’écart de ce type de marché.

Les échanges boursiers existent depuis de très nombreuses années et force est de constater que l’histoire se répète car la nature humaine reste la même avec ses défauts et ses biais qui sont à l’origine de la création et de l’éclatement de bulles boursières.

Tous les ingrédients étaient réunis

Importantes liquidités déversées sur le marché action : politique accommodante de la FED, chèques distribués aux américains (gestion post-covid), taux d’intérêts bas favorisant l’investissement sur marge…
Cupidité humaine : de belles plus-values potentielles sont visualisées sur les cours qui ne cessent de monter, l’investisseur ne peut se permettre de ne pas prendre sa part de gain…A mesure que les cours augmentent, l’investisseur poursuit les achats pour maximiser sa plus-value.
Biais psychologique : FOMO (peur de louper le train de la hausse) ; l’investisseur fait comme la foule et investit de peur de passer à côté de la performance en cours et le biais de récence (l’investisseur pense le passé récent est voué à persister à l’avenir).

2022 : le NASDAQ 100 explose en vol

L’éclatement de la bulle sur le NASDAQ 100 en 2022 s’expliquent par plusieurs facteurs bien identifiés :

– Achats boursiers réalisés par des particuliers investisseurs au cours de l’année 2021 en dehors de toute logique sur des entreprises qui ne gagnent pas d’argent « brûlent du cash à n’en plus finir » typiquement les entreprises de la « new tech » non rentables.

– Valorisations basées sur des projections de revenus futurs trop ambitieuses.

– Valorisations basées sur des taux d’intérêt très bas (politique accommodante de la FED) ; la remontée franche des taux d’intérêts (décidée pour lutter contre l’inflation) a entrainé une chute de ces valorisations.

Changement de politique monétaire : la FED est devenue hawkish avec un quantitative tightening sévère (entraînant un krach obligataire) : réduction des liquidités injectées sur le marché, fin de l’argent gratuit, diminution des valorisations car prime de risque en baisse et report des investisseurs vers d’autres marchés.

Représentation graphique typique d’une bulle en bourse

Comment éviter d’investir en pleine bulle boursière ?

L’investisseur averti doit être conscient que le rendement de son capital sera en très grande partie lié à la gestion de son tempérament et de ses émotions. Il doit absolument maîtriser les biais psychologiques de l’investisseur afin de ne pas faire partie de la foule.

Le marché boursier oscille systématique entre l’exubérance irrationnelle (année 2021) et le pessimisme (année 2022). L’investisseur averti doit se méfier des formulations classiques entendues en période de création de bulle : « cette fois c’est différent« , « nous sommes dans un changement de paradigme »…

Il est nécessaire de détenir un portefeuille boursier diversifié en privilégiant l’investissement indiciel car sur le long terme, contrairement à la plupart des actions individuelles, les indices croissent. Maintenir un investissement régulier sous forme de DCA aide à ne pas acheter trop d’actions lorsque les prix s’envolent.
Un portefeuille concentré sur le NASDAQ 100 comporte un risque élevé (avec le rendement élevé qui s’y rapporte) mais lorsqu’une bulle éclate sur les valeurs technologiques, la chute est douloureuse ; en 2022 sa performance a été de -34% en dollars US et de -30% en euros.

Bien connaître le phénomène de retour à la moyenne :
Après une année 2021 caractérisée par une performance de 30% sur des indices largement diversifiés, il y a peu de chance de voir cette performance se renouveler à l’identique les années suivantes : en 2022, le S&P500 a eu une performance de -14% (en euros) et de -20% en dollars US.
Il faut savoir freiner ses investissements en période d’euphorie : ne rien faire est souvent la meilleure chose à faire.

Fuir les IPO (introduction en bourse) :
Le particulier investisseur n’a aucun moyen d’évaluer précisément la valeur de l’action qui va être mise sur le marché. Ce sont des banques d’investissement qui se charge de faire l’évaluation (souvent très généreuse par rapport à la valeur réelle de l’action) permettant aux fondateurs/investisseurs historiques (private equity) de l’entreprise (encore non cotée) de réaliser une très belle prise de profit en vendant très cher à des particuliers.

C’est souvent après-coup que les investisseurs pris dans la bulle se rendent compte de leur erreur et de la perte permanente en capital, ce qui peut avoir des conséquences fâcheuses sur la croissance de leur patrimoine.
Il faut bien se rappeler qu’une baisse de 50% sur une action, nécessite une augmentation de 100% de sa valeur pour revenir au niveau initial…


Be wealthy to reach your financial independence.

Wealthier Life

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Journée des Investisseurs, médecins investisseur Wealthier Life, préparer retraite médecin, investir en tant que médecin