Qu’est-ce que le risque en bourse ?

Lorsque l’on parle d’investissement boursier, arrive inévitablement dans la discussion la remarque classique “la bourse c’est trop risqué, ce n’est pas pour moi, je n’investirai jamais”.
En réalité, la véritable question à se poser est celle de la définition du “risque” en bourse.

Dompter la volatilité des marchés boursiers

Il y a plusieurs possibilités pour tenter de définir ce qu’est le risque. Tous les investisseurs ne l’appréhendent pas de la même manière. 
Certains peuvent considérer que le risque est lié à la volatilité des marchés.

Cela correspond à l’écart-type des valeurs boursières autour de leur moyenne historique. Cette volatilité est le “prix à payer” lorsque l’on souhaite obtenir le rendement du marché sur le long terme (ex 7 à 8% pour le S&P500). Il y aura inévitablement des années de sous-performance (-20% voire -40%) et des années fastes (+30% voire au-delà).

L’investisseur particulier doit utiliser à bon escient cette volatilité inhérente des marchés pour “acheter bas et vendre haut » (cf. rebalancing de portefeuille). La pire situation est celle du particulier peu à l’aise avec cette volatilité qui va vendre dans la panique lors d’un bear-market à -30% pour racheter plus tard lorsque le marché aura repris 20% (dans ce cas, il vend bas et achète haut ce qui sur le long terme est assez ennuyeux…).

Il faut bien avoir à l’esprit à tout moment le couple rendement/risque d’un investissement ; comme disent nos amis anglo-saxons “there is no free lunch” ; des rendements élevés s’accompagnent d’un risque élevé, dans le cas présent d’une volatilité élevée. 

En pratique, pour le particulier qui investit à long terme, la volatilité crée des opportunités : des achats à bon compte d’actifs provisoirement moins chers gages de rendements futurs élevés. 


Journée des Investisseurs, médecins investisseur Wealthier Life, préparer retraite médecin, investir en tant que médecin

Journée des Investisseurs Wealthier Life

Samedi 16 Mars 2024
09:00 – 18:00
Paris


Eviter à tout prix la perte de capital

L’autre définition possible du risque est celle de la perte permanente de capital
Cela représente déjà plus un vrai risque que la volatilité.
C’est la règle numéro 1 de Warren Buffett : “ne jamais perdre d’argent”.
Ce risque est relativement élevé lorsque l’investisseur décide de choisir des titres vifs alors qu’il n’a pas véritablement les compétences pour analyser les états financiers d’une entreprise (CA, marge nette, capex, levier opérationnel, concurrence, marge de sécurité, niveau de dette…). Il y a un risque non négligéable de sur-payer l’action (absence de marge de sécurité) ou au contraire de payer un prix bas (action décotée) mais de tomber sur une value-trap (dont le prix ne remontera jamais !). 

En revanche, ce risque est beaucoup plus limité lorsque l’on investit sur les ETF comme le S&P500 ou le World. En effet, un titre vif peut aller à 0, ce qui ne sera pas le cas d’un ETF largement diversifié

Si l’analyse initiale de l’investisseur n’est pas bonne, il aura de grandes difficultés à expliquer une baisse significative du cours de l’action qu’il suit : est-ce une baisse conjoncturelle (et l’occasion de renforcer ?) ou est-ce une baisse structurelle (risque de renforcer un couteau qui tombe et d’aggraver les pertes potentielles) ? 

Ne pas atteindre ses objectifs financiers

Enfin, le risque pourrait être défini comme l’échec à atteindre les objectifs financiers initialement fixés. Lorsque l’on investit sur les marchés, on doit faire fi de la volatilité inhérente court-terme pour se focaliser sur le rendement à long terme. Le montant investi régulièrement en DCA mensuel par exemple à partir d’un capital initial est calculé pour que le portefeuille compose à 6 ou 7% à long terme car c’est le rendement que l’on espère pour atteindre notre objectif (capital de x k€ à tel âge). 

Finalement, le plus risqué, ie ne pas atteindre ses objectifs financiers, c’est de ne pas être investi sur le marché mondial car c’est prendre le risque de voir son capital rongé par l’inflation sur 20 ans (rendement nominal inchangé sur le compte en banque mais rendement réel négatif).

Le marché boursier est un socle indispensable, dans tout portefeuille global au sein d’une allocation d’actif adaptée au profil de risque de chaque investisseur, pour mettre toutes les chances de son côté afin de prendre le dessus sur l’ennemi numéro 1 : l’inflation de long terme (érosion lente et invisible mais néanmoins présente du pouvoir d’achat). 

Wealthier Life Capital cabinet gestion patrimoine pour médecins, conseil en investissement financier pour médecins, investir en tant que médecin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Journée des Investisseurs, médecins investisseur Wealthier Life, préparer retraite médecin, investir en tant que médecin